Accueil du site > Magazine > A Dieu Philippe Rouillé, désormais au paradis de la musique mécanique…
Accueil du site > Magazine > A Dieu Philippe Rouillé, désormais au paradis de la musique mécanique…

A Dieu Philippe Rouillé, désormais au paradis de la musique mécanique…

lundi 15 juillet 2013

La disparition brutale et trop prématurée de Philippe Rouillé, survenue à l’âge de 70 ans, le 4 juillet dernier, nous prive d’un homme exceptionnel, arraché à l’amour de sa famille et à l’amitié de ses très nombreux amis, rencontrés et « cultivés » particulièrement dans les domaines de l’horlogerie et de la musique mécanique.

Sa silhouette élancée, tenue simple et décontractée, avec casquette vissée sur la tête est l’image familière du personnage.

Au-delà de cet aspect extérieur, il recelait beaucoup de pudeur, d’attention aux autres, au caractère affirmé et déterminé, précis comme une horloge suisse, réservé d’abord, sans doute pour se protéger, comme tous les grands timides, mais ô combien généreux et attachant.

Sa culture reconnue de tous, couvrait bien sûr notre passion commune de la musique mécanique, mais s’étendait aussi à l’horlogerie ancienne, science et technique mère de la musique mécanique, à la musique, comme fin musicologue et grand amateur de piano, qu’il fût mécanique ou non. Sa soif de connaissances ne s’arrêtait pas là, puisqu’il dévorait la littérature et l’histoire. Pour assouvir cette passion, il n’hésitait pas à fréquenter les bibliothèques municipales, notamment de son quartier parisien. Cela ne l’empêchait pas de disposer de centaines de livres et documents parfois bien rangés, parfois amoncelés ça et là.

Contrairement à son aspect fragile des dernières années, c’était un grand amateur de sports de plein air tels que la montagne et la navigation de plaisance.

Sa parfait maîtrise des langues anglaise et allemande lui ont permis d’exercer le métier de traducteur (l’ouvrage du docteur Buchner en est un bel exemple, qu’il a su enrichir avec la bénédiction de l’auteur initial. Cf. Les Instruments de Musique Mécanique édité pour l’adaptation française en 1992 par les Editions Grûnd), et de nouer de solides amitiés avec les associations européennes sœurs de musique mécanique.

De là est née la rubrique « la revue des revues » qui rend compte des articles majeurs publiés dans les revues des associations sœurs.

Erudit éclairé, il a commis d’autres ouvrages tels que Le Grand Livre des Montres paru aux Editions Solar en 1991, ainsi que l’incontournable catalogue du Musée d’instruments de musique mécanique de Paris (collection Henri Triquet) édité en 1987 par le GAMM, avec la participation de la Fondation Elf Aquitaine.

En outre, sa parfaite connaissance des règles de la typographie, l’on tout naturellement conduit à mettre au service de la revue Musiques Mécaniques Vivantes son savoir-faire.

Il a créé par ailleurs le site internet musica mecanica dont il a fait don à l’AAIMM.

A ces multiples facettes s’ajoute celle d’expert en musique mécanique, à ce titre, il a fait les délices des ventes aux enchères de la Galerie de Chartres, sous le ministère de Maître Jean-Pierre Lelièvre, durant de nombreuses années, sachant ensuite passer le relais à Denis Lambotte.

Après la disparition d’Etienne Blyelle, au début de cette année, celle de Philippe Rouillé nous laisse à penser que ce sont deux lumières qui viennent de s’éteindre dans le monde de la musique mécanique, autorités scientifiques incontestables.

Mais ils auront, chacun à leur manière, fait des émules, des disciples, qui ont déjà pris la relève. Le meilleur hommage qu’on puisse leur rendre, n’est-il pas de continuer dans les pas qu’ils ont su nous tracer ?

A ce sujet, il est important de préciser que Philippe a toujours guidé et accompagné l’équipe qui anime l’AAIMM, dans son développement, dans ses choix, sa gestion, et ses activités, de découvertes, de créations, etc… C’était un garde-fou indispensable et réconfortant pour éviter de faire ou dire trop de bêtises.

Avec le recul, ce qui ressort le plus de sa personnalité, semble-t-il, au travers de nos activités et de nos rencontres dans les festivals, dans les musées, chez les collectionneurs, c’est cette capacité à faire se rencontrer celles et ceux qui partagent la même passion, pour pouvoir réaliser des activités ensemble. Philippe est en quelque sorte le ciment qui unit les personnes entre elles pour des projets communs d’intérêt général.

Cette démarche, il l’a mise au service de l’AAIMM dont il a assuré la Vice-Présidence avec beaucoup de talent, en contribuant à surmonter les difficultés, comme dans toutes les histoires de famille, pour renouer avec l’esprit de celles et ceux qui ont œuvré à la renaissance de la musique mécanique, et à la transmission de cette passion qui nous est commune. Pour tout cela, Philippe, ton humour, ta rigueur scientifique et musicale, ton amitié nous manqueront cruellement.

Parler de Philippe, c’est aussi le meilleur moyen de continuer à le faire vivre dans nos cœurs et nos mémoires.

Que ta frêle embarcation te conduise au paradis de la musique mécanique, que de là-haut tu salues pour nous nos illustres devanciers, et que tu continues à nous inspirer dans notre tâche et notre passion de la musique mécanique.

Encore merci pour tout ce que tu nous as donné, apporté et offert. Toute notre affection s’adresse à la famille, qui organisera à la rentrée un hommage à cet Ami si attachant de la musique mécanique, dont nous vous communiquerons la date et le lieu.

N.B. Nous ne saurions trop recommander la lecture de deux articles de Philippe Rouillé, parus dans les n° 73 et 74 de la revue Musiques Mécaniques Vivantes édité par l’AAIMM. Intitulés « Souvenirs, souvenirs…65 ans (et plus !) de musique mécanique », où à travers la description d’une époque et de ses acteurs, transparaît la personnalité attachante de Philippe Rouillé. Lucide quant à la gravité de sa maladie, il avait pris la précaution de rédiger ce précieux témoignage.

 
ADRESSER UN MESSAGE A L'AAIMM nbsp;                              ADHERER A L'ASSOCIATION                                RÉGLER VOTRE COTISATION
Mentions Légales
Suivre la vie du site  RSS 2.0
Plan du site
Administration
Association des Amis des Instruments et de la Musique Mécanique
© Toute reproduction partielle ou totale, utilisation des documents présentés est formellement soumise à l'autorisation écrite de l'AAIMM.